Back to the library

dans bibliothèque

Back to the library, ma bibliothèque dans 10 ans.

Pour son numéro anniversaire, la revue des livres pour enfants m’a demandé d’imaginer ma bibliothèque dans 10 ans, j’ai donc sauté dans ma DeLorean pour assister à une visite de ma bibliothèque en 2025.

Depuis plus d’un an maintenant la bibliothèque dispose d’un atelier de création, on y trouve en accès libre toute une série d’outils allant du pinceau à la découpeuse laser en passant par le marteau ou la machine à coudre. Et surtout nous disposons de grandes tables de travail, pour que tout le monde puisse s’installer et mener à bien son projet. Cet espace ne se limite pas aux outils d’un fablab même si on était parti sur cette idée au début. L’imprimante 3D faisait rêver, mais on s’est vite rendu compte que tout l’intérêt était de mixer les outils et les techniques. Une grande source d’inspiration pour nous a été la bibliothèque de Madison aux Etats-Unis et son espace The Bubbler déjà en place depuis une dizaine d’année maintenant. Comme à Madison, on ne voulait pas faire de cet espace un lieu uniquement centré sur la technologie mais un lieu ouvert à tous. C’est avant tout un espace collaboratif de création dans lequel en fonction des projets on utilise des outils numériques ou non, et c’est un des points forts de notre projet on ne voulait pas se limiter à des outils numériques, c’est avant tout un espace de création où l’on fait appel aux compétences des collègues bien entendu mais surtout à celles des habitants.

Et c’est cela qui fait que l’espace fonctionne, dès le début sur le modèle de la médiathèque de Lezoux, nous avons été à la rencontre des habitants et des différentes communautés déjà en place. Nous avons réfléchi ensemble à la manière dont la bibliothèque pouvait devenir un connecteur entre ces communautés. En interne il a moins fallu se former moins sur les techniques et les outils que sur l’animation de communauté et les démarches collaboratives. Sans l’investissement des habitants cet espace n’aurait pu fonctionner.

Au quotidien, en plus des temps d’accès libres, on propose des temps d’échanges de compétences animés par des artistes en résidences, des habitants.ou le personnel en fonction de ses compétences. Tout ces ateliers donnent lieu à la création de fiches sur notre site collaboratif, nous disposons maintenant d’une dizaine de projets documentés. La publication est l’occasion de parler de licences libres, d’écriture sur internet. On a pas laissé tomber les ateliers que l’espace numérique menait auparavant mais le fait d’intégrer concrètement ces thématiques au cœur des projets a permis aux lecteurs de mieux comprendre les enjeux qui y étaient liés.

Il existe toujours une fracture numérique, mais les différences d’usages se sont considérablement accentuées ces dernières années. C’est pour cela que nous avons mis un espace de création au coeur du projet de notre établissement. Pour citer lauren bradley de la bibliothèque de Fayetteville l’objectif est  » de fournir un accès libre et ouvert à l’information, aux technologies et aux idées. »  Ce n’est pas très différent de ce que les bibliothèques ont toujours fait. Cet espace nous permet d’explorer avec les usagers différents modes d’expression que ce soit par l’écriture, la programmation, les arts plastiques, la musique. Nous disposons toujours de nombreux documents dans nos collections mais nous produisons également, avec l’aide de nos lecteurs, nos propres contenus que nous partageons avec d’autres espaces collaboratifs à travers le monde.

Commentez

Commenter